Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mai 2010 1 10 /05 /mai /2010 16:57

 

Quand le malade est à un stade peu avancé (phase initiale ou début de phase intermédiaire), il est parfaitement à même de cuisiner ou de contribuer à préparer des aliments et des plats savoureux qui lui donneront l'impression d'être utile et de réussir des activités valorisantes pour lui-même et pour son entourage. Toutefois, il convient d'équilibrer les mesures de sécurité et la prise de risque, surtout si l'on utilise du gaz ou si l'on cuit des produits inflammables à haute température (huile par exemple).

 

Le fait de chauffer des aliments sans les surveiller est en effet une des principales causes d'incendie dans les maisons (outre, bien sûr, les cigarettes mal éteintes dans les corbeilles à papier, dans les poubelles ou sur les tissus...) : ainsi, par exemple, l'huile à haute température peut s'enflammer et mettre le feu aux meubles en bois environnants ou aux rideaux, des spiritueux (cognac, armagnac, vodka...) utilisés pour flamber ou pour donner du goût à un plat peuvent s'enflammer au contact d'une plaque électrique à haute température, des assiettes ou des récipients en matière plastique ou encore le rouleau de papier essuie-tout absorbant peuvent prendre feu s'ils sont posés ou s'ils tombent sur une flamme ou sur une plaque chauffée... Personne n'est à l'abri de ce type de risques et les personnes atteintes de la maladie d'Alzheimer y sont plus sujettes encore en raison de leurs difficultés de mémorisation de leurs actions et de leurs embarras dans les prises de décisions efficaces et d'actions nécessaires pour faire face aux risques.

 

Précautions générales

Avant de laisser un malade faire la cuisine, il convient de vérifier, discrètement et avec tact, ses capacités en matière de cuisine et d'hygiène, en matière de respect des consignes de sécurité minimale, en matière de compréhension du fonctionnement des appareils. En fonction de l'état du malade, il faudra envisager une surveillance qui pourra être très légère ou au contraire qui nécessitera une présence constante. Il convient également de réévaluer régulièrement les compétences du malade en fonction de la vitesse d'évolution de sa maladie et au minimum tous les trois mois.

 

Rappels visuels pour le malade

Il est alors utile de mettre en place des étiquettes et panneaux de rappel que l'on prendra soin d'écrire en langage simple, en grosses lettres et que l'on placera directement en vue du cuisinier. Par exemple, on placera un panneau « Éteindre la cuisinière » à proximité de celle-ci et un autre panneau « Vérifier que la cuisinière est éteinte » près de la porte de sortie de la cuisine.

Il faut également penser que la vue est souvent moins fine quand on est atteint de la maladie d'Alzheimer. Il est alors utile de marquer en couleur vive les différents réglages des boutons de la cuisinière : un point rouge pour arrêt et un point bleu pour la puissance moyenne (le code couleur est à adapter en fonction de ce qui semble logique au malade). Il est également utile de repérer de manière évidente quel bouton commande quel feu ou quelle plaque. Cela peut se faire avec des étiquettes suffisamment visibles, avec des marqueurs, avec du ruban adhésif résistant à la chaleur (en reliant visuellement chaque bouton et sa plaque).

Malgré ces précautions, il est nécessaire d'envisager une surveillance discrète, plus particulièrement quand la maladie avance. A partir d'un certain stade, les rappels n'auront plus d'efficacité...

 

Minuteur

A tous les âges, un des problèmes fréquents est l'oubli des récipients en train de chauffer sur la cuisinière. Ce point devient encore plus crucial avec un malade d'Alzheimer. Dans les premiers stades de la maladie, un minuteur pourra être très utile. Il convient de choisir un minuteur avec un grand cadran lisible, facile d'utilisation et de maniement, avec une sonnerie longue et puissante de manière à attirer l'attention d'une personne même distraite. Il peut être utile de mettre en place un panneau « Utiliser le minuteur » et/ou de le rappeler aimablement.

 

Interrupteur automatique de cuisinière électrique

Il existe des appareils de sécurité qui permettent d'arrêter automatiquement la cuisinière grâce à un minuteur et/ou un détecteur de présence. Quand une personne est présente dans la cuisine, l'appareil la détecte et laisse fonctionner normalement la cuisinière. Quand aucune présence n'est détectée, l'appareil arrête la cuisinière au bout d'une temporisation réglable. Si une présence est à nouveau détectée, avant la fin de la temporisation, le processus d'arrêt de la cuisinière est interrompu.

 

Plaques électriques de sécurité

Il existe des plaques que l'on peut ajouter par dessus les plaques électriques normales et qui limitent la température de cuisson à environ la moitié ou au tiers de la température normale. Ainsi, il est possible de chauffer de l'eau ou de cuire un plat, mais la température est insuffisante pour enflammer l'huile, les aliments, les matières plastiques, le papier journal. Ces appareils doivent être installés par du personnel bien formé. Ils limitent considérablement les risques sans toutefois les éliminer totalement : le malade nécessite encore un minimum de surveillance.

 

Extincteur automatique à poudre

On trouve des extincteurs automatiques à poudre que l'on peut placer au dessus des plaques de cuisson et qui envoient de la poudre non-toxique (bicarbonate de soude par exemple) qui étouffe le feu sans danger pour les personnes présentes en cas d'inflammation. Il est nécessaire d'intervenir rapidement pour arrêter la plaque de cuisson qui, sinon, continue à chauffer et risque d'entraîner une nouvelle inflammation du contenu de l'ustensile de cuisine. Le nettoyage se fait avec une simple éponge mouillée.

 

Bouilloire

Une bouilloire oubliée sur une plaque à forte puissance peut endommager le matériel, voire être à l'origine d'un feu. Une bouilloire avec un sifflet puissant rappellera à l'utilisateur que de l'eau est en train de bouillir et qu'il convient d'intervenir rapidement. L'utilisation de ce type de bouilloire à sifflet ne s'improvise pas et il convient de vérifier que le malade en comprend le fonctionnement et est à même de l'utiliser correctement. En outre, il convient de vérifier qu'il peut manipuler une bouilloire pleine d'eau à 100°c sans risque significatif.

 

Ustensiles de cuisine

Souvent, l'habitude fait que les utilisateurs sont attachés au matériel qu'ils utilisent depuis longtemps et qu'ils connaissent bien. Toutefois, avec le temps, ce matériel vieillit plus ou moins bien : les ustensiles peuvent être cabossés, les revêtements antiadhésifs endommagés, certains rivets peuvent manquer ou avoir du jeu, des soudures être cassées, des poignées abimées... Ce n'est pas gênant avec une certaine habitude et une habileté assurée. Cela devient nettement plus gênant quand les ressources physiques ou intellectuelles s'affaiblissent comme dans le cas de la maladie d'Alzheimer.

Il est donc important de remplacer tous les ustensiles endommagés et de choisir du matériel bien adapté : des ustensiles faciles à transporter avec de bonnes poignées qui restent froides, des couvercles incassables, des casseroles et des poêles peu susceptibles de se déformer (donc suffisamment épaisses : évitez les ustensiles en aluminium mince), des dessous de plats stables avec des formes simples (carrés ou ovales), des gants de préhension bien adaptés, épais, résistants à la flamme, avec une barrière anti-vapeur, de couleur vive pour pouvoir être repérés facilement, avec un passant pour les suspendre à un crochet ou un aimant...

 

Conclusion

La cuisinière est un des appareils les plus dangereux de la cuisine compte tenu des risques d'incendie, de brûlure, d'accidents graves qu'elle peut entraîner. Il convient donc d'être particulièrement vigilant quant aux capacités du malade à l'utiliser de manière sûre et de le surveiller discrètement quand il l'utilise. Moyennant quoi, ce peut être un des appareils qui contribueront de manière significative à lui faire passer des moments agréables de réussite culinaire pour lui-même, sa famille et ses amis.

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires