Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 19:45

 

 

Différentes sortes de neuronesUn espoir souvent très (trop) fort

Parmi tous les traitements potentiels qui pourraient permettre de soigner la maladie d'Alzheimer, on entend parler régulièrement de greffes de cellules qui, injectées au bon endroit, pourraient permettre au malade de récupérer au moins une partie de ses fonctions cérébrales. Il existe même des sociétés, notamment européennes, qui proposent des traitements ambulatoires en particulier avec les propres cellules souches du patient. Ceci pourrait laisser penser que ce sont des traitements déjà opérationnels et validés, et ce d'autant plus que des traitements comparables commencent à donner des résultats appréciables dans d'autres maladies de dégénérescence du cerveau comme la maladie de Parkinson ou la chorée du Huntington.

 

La maladie de Parkinson

On sait que la maladie de Parkinson est une maladie de dégénérescence du système nerveux central caractérisée par un déficit en dopamine (un neurotransmetteur) entraînant des symptômes bien particuliers comme une rigidité musculaire, des tremblements des extrémités au repos (en particulier tremblements du pouce), une lenteur et une difficulté des mouvements, en particulier de la marche.

Les greffes de cellules, entamées depuis une trentaine d'années, peuvent donner des résultats d'amélioration significatif chez des malades atteints de Parkinson. Les greffes qui ont démontré une efficacité certaine sont celles qui sont faites à partir de cellules foetales. Elles présentent des difficultés sur divers plans, en particulier éthique, mais également des problèmes immunitaires puisque les cellules proviennent d'un tiers. Cette technique est peu employée compte tenu des autres solutions existantes et notamment de la stimulation électrique par électrodes.

Pour ce qui concerne l'injection de cellules souches, il s'agit encore d'une voie expérimentale, non validée, pour laquelle les résultats sont incertains et qui présentent des risques en matière de cancer.

 

La chorée de Huntington

Il s'agit d'une maladie de dégénérescence neuronale héréditaire aboutissant à une démence chez des patients jeunes (40 à 50 ans) puis au décès des malades. Cette maladie est notamment caractérisée par des mouvements anormaux, incontrôlables et irréguliers de tout ou partie du corps, d'où le nom de chorée qui définit ce type de symptômes.

Les greffes de neurones permettent d'avoir des améliorations très nettes chez certains malades, avec des difficultés importantes liées au fait que les cellules sont issues d'embryons et nécessitent des traitements anti-rejet.

 

La maladie d'Alzheimer

Contrairement aux maladies de Parkinson et de Huntington, où les zones neuronales défaillantes dans le cerveau sont circonscrites (limitées), la maladie d'Alzheimer concerne des zones très étendues du cerveau. Or les techniques d'implantation de neurones ne permettent pas d'implanter de nouveaux neurones dans de grandes étendues. En outre, la dégénérescence dans la maladie d'Alzheimer semble liée à des conditions délétères, notamment inflammatoires, existant dans le cerveau, conditions délétères qui détruisent les neurones existants et ne permettent pas l'implantation efficace de nouveaux neurones tant qu'elles persistent. Or, actuellement, on ne sait pas traiter ces conditions.

En conséquence, les greffes de cellules qui peuvent être proposées actuellement ne peuvent être que des opérations expérimentales sans aucune certitude d'efficacité et ne doivent être effectués, dans de rares cas très encadrés, que par des instituts de recherche spécialisés, sans participation financière des patients.

 

Conclusion

Les greffes de cellules, si elles commencent à donner des résultats intéressants dans certaines affections neuronales, présentent des risques importants liés aux conditions d'implantation.

Pour la maladie d'Alzheimer, il n'existe pas, actuellement, de protocole efficace permettant d'amélioration effective de l'état des malades.

Il est très vraisemblable que la situation évoluera à l'avenir, mais il faudra encore de nombreuses années avant la mise au point d'un protocole réellement efficace.

Il est donc important d'être très prudent face aux propositions miraculeuses qui peuvent être faites et de s'informer auprès de spécialistes compétents sur ces questions.

Toutefois, l'espérance est parfois tellement forte que certaines personnes préfèrent tenter des expériences vaines et coûteuses plutôt que de se faire une raison et d'utiliser les soins déjà disponibles et validés.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires