Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2010 2 05 /10 /octobre /2010 19:03

 

 

 

Des éléments appréciables

Trop souvent, la maladie d'Alzheimer est une maladie difficile à vivre pour le malade et pour l'entourage. Si les perspectives d'évolution sont toujours chargées de menaces, il arrive néanmoins que le malade et sa famille trouvent un modus vivendi, des modalités d'interaction et d'ajustement réciproques relativement satisfaisantes, au moins temporairement. Ce sont ces moments de grâce, ces périodes de calme qui peuvent faire le plaisir de la vie, même au milieu de difficultés importantes.

 

La vidéo que vous trouverez ci-dessous, primée au festival national vidéo amateur de 2008, a été réalisée par la petite fille d'un homme de 80 ans dont elle montre et commente, avec beaucoup de justesse, quelques épisodes de la vie quotidienne.

Cet homme est atteint de la maladie d'Alzheimer (vraisemblablement en fin de phase 1) et cette maladie l'affecte ainsi que sa famille. Toutefois, d'une manière générale, il semble la vivre (au moins à ce stade de l'évolution) de manière relativement sereine, ainsi que son épouse. Celle-ci apprécie d'ailleurs certaines évolutions du caractère de son mari qui devient plus drôle et plus affectueux depuis qu'il est malade. Un nouvel équilibre, précaire, semble se créer...

 

La vidéo met quelques secondes à démarrer (générique) avant d'entrer dans le vif du sujet.

 

 

Vidéo

 

 

 

Des pratiques favorables

Même si ce cas est un cas spécifique (aucun malade ne réagit jamais tout à fait comme un autre), il est intéressant de noter, dans le cas présent, un certain nombre de pratiques favorables aux bonnes relations entre le malade et son entourage que cette vidéo illustre :

  • les troubles de mémoire (l'oubli) du malade sont reconnus tant par le malade que par ses proches et sont des occasions d'échanger, de se parler, de communiquer, d'échanger de l'affection entre le malade et sa famille,

  • les difficultés d'expression du malade, de dire de manière précise une idée sont également des occasions d'échanges, d'expression, de communication avec les proches,

  • le malade continue à effectuer des activités courantes (habillage, courses...) qu'il est à même de réaliser pour lui et pour sa famille, malgré quelques petites difficultés qu'il peut avoir (oubli qu'il a emmené une liste en particulier...),

  • le malade est pris tel qu'il est, comme il est, aussi bien dans l'évolution de son caractère (dont le côté surprenant et parfois légèrement déroutant est signalé par sa femme) que dans ses capacités physiques et intellectuelles, avec les difficultés que cela représente ou qui sont anticipées,

  • les souvenirs et les réalisations passées et présentes du malade sont valorisés par son entourage...

 

Encore une fois, ce cas est spécifique et il présente ces caractéristiques facilitantes, compte tenu de son environnement, qui, souvent, ne sont pas présentes. Néanmoins, il illustre quelques pratiques qui peuvent faciliter la vie des malades et de leurs familles et qui rendront la vie plus appréciable pour tous, malgré les difficultés indéniables de la situation.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires