Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 12:20

 

 

Introduction

Le psychiatre est un médecin spécialiste dans le diagnostic et le traitement des troubles mentaux, que l'on nomme souvent, à tort et par généralisation, maladies mentales (cf. ci-dessous). De ce fait, il travaille sur le même type de troubles que les psychologues et psychothérapeutes, tout en disposant d'un arsenal thérapeutique plus étendu.

 

Pour traiter son patient, le psychiatre dispose en effet de toutes une série de possibilités allant des nombreuses formes de psychothérapies existantes jusqu'à l'utilisation de médicaments ayant un impact sur le fonctionnement du cerveau. En tant que médecin, il est d'ailleurs le seul professionnel de la psychothérapie à pouvoir prescrire ces médicaments ainsi qu'à pouvoir prescrire une hospitalisation en cas de problème particulièrement grave ou d'urgence.

 

Par rapport au neurologue, et pour simplifier, le psychiatre s'occupe des problèmes d'utilisation du cerveau sans s'occuper de l'état de fonctionnement de ce cerveau (il s'occupe des réglages ou des problèmes de logiciel pour faire des analogies mécaniques ou informatiques), alors que le neurologue s'occupe des problèmes biologiques du cerveau (il répare les pièces défectueuses ou les problèmes de matériel).

 

Rôle général du psychiatre

Le but du psychiatre est de permettre à des malades sujets à un mal-être, que ce mal-être soit profond (névroses comme l'anxiété ou la phobie, schizophrénie, psychoses, délires, pathologies limites, etc.) ou que les difficultés apparaissent plus légères (addictions, dépression légère, trouble de la conduite, trouble du comportement, maladies psychosomatiques, isolements, oppositions...) de rétablir un équilibre psychologique qui leur permettra de mener une vie normalement insérée au milieu de la société humaine. De ce fait, les consultations auprès d'un psychiatre pourront être longues, répétées et régulières pendant des périodes pouvant s'étendre sur plusieurs semaines voire sur plusieurs mois. Faire évoluer des représentations profondément ancrées est en effet souvent difficile, même s'il existe des thérapies dites courtes.

 

Rôle dans le cas de la maladie d'Alzheimer

Dans le cas de la maladie d'Alzheimer, son rôle est important lors de la suspicion de maladie d'Alzheimer pour effectuer un diagnostic différentiel, c'est-à-dire pour déterminer si les troubles présents sont liés à la maladie d'Alzheimer ou à d'autres pathologies.

Le psychiatre pourra également accompagner le malade et sa famille dans les dépressions qui peuvent se produire au cours de l'évolution ou lors des périodes nécessitant un soutien et des conseils spécifiques. Le psychiatre est également habilité à faire la déclaration au procureur de la république qui permettra de mettre en place une procédure de sauvegarde de justice visant à protéger légalement le malade (voir : l'article « Quelle protection juridique pour le malade ? »). Le psychiatre (ou le gériatre ou le neurologue) peut prescrire les médicaments spécifiques de la maladie d'Alzheimer qui pourront être renouvelés par le médecin généraliste. Pour adapter le traitement et utiliser d'autres médicaments plus adaptés à l'évolution de la maladie et au stade atteint par le malade, il sera nécessaire de retourner rendre visite au psychiatre (ou au gériatre ou au neurologue).

 

Effectifs et remboursements

Le nombre de psychiatre en France en 2010 est de 12.000 environ (13.600 en 2005), correspondant à un des taux les plus importants du monde. Toutefois, ce nombre est en phase de régression rapide et pourrait diminuer d'un tiers d'ici à 2025. La profession se féminise nettement : presque la moitié des psychiatres sont des femmes ainsi que les deux tiers des nouveaux psychiatres. Environ la moitié exerce en libéral et l'autre moitié dans des institutions publiques (hôpitaux pour l'essentiel).

 

En tant que médecin, les consultations auprès des psychiatres sont prises en charge par la sécurité sociale. Toutefois, seuls les personnes âgées de 16 à 25 ans peuvent accéder librement aux consultations de psychiatrie. Les autres patients, et donc les malades d'Alzheimer et leur famille, doivent passer par leur médecin traitant pour un remboursement maximal.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires