Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 10:10

 

Introduction

Alzheimer hasDans la Liste des Actes et Prestations pour l'Affection de Longue Durée 15 « Maladie d'Alzheimer et autres démences », la Haute Autorité de Santé (HAS) définit ce que sont les maladies concernées (cf. ci-dessous) puis donne la liste précise des actes et prestations recommandées et remboursées (sauf mention contraire) à 100% par la Sécurité Sociale.

La liste des Actes et Prestations concernant Alzheimer a été établie en mai 2009 par la HAS. Elle doit être révisée annuellement : une nouvelle version est donc attendue en 2010.

 

Définition de la maladie d'Alzheimer et des démences

La définition retenue par la Haute Autorité de Santé est la suivante :

« La démence est un syndrome dû à une affection cérébrale habituellement chronique et progressive. Il est caractérisé par une perturbation durable de nombreuses fonctions corticales supérieures, telles que la mémoire, l’idéation, l’orientation, la compréhension, le calcul, la capacité d’apprendre, le langage et le jugement. Les perturbations cognitives s’accompagnent habituellement (et sont parfois précédées) d’une détérioration du contrôle émotionnel, du comportement social ou de la motivation. Elles ont un retentissement sur la vie quotidienne ou sur la vie professionnelle. Le syndrome survient dans la maladie d’Alzheimer, dans les maladies vasculaires cérébrales et dans d’autres affections, qui touchent le cerveau primitivement ou secondairement (par exemple : VIH, traumatisme crânien, maladie de Huntington, maladie de Pick, maladie de Creutzfeldt-Jakob, maladie de Parkinson, intoxications chroniques à des substances psychotropes, etc.) ».

 

Le lecteur retrouve ici une définition médicale de la démence : perturbation durable de nombreuses fonctions cognitives accompagnées de détériorations émotionnelles et comportementales, ayant un retentissement sur la vie courante. Il retrouve également le lien qui peut exister entre maladie d'Alzheimer et problèmes cardiovasculaires d'une part, traumatismes crâniens d'autre part.

 

Liste des recommandations

La liste comprend :

  • des actes médicaux et paramédicaux (consultations de médecins et prestations d'autres professionnels de santé),

  • une consultation annuelle pour l'aidant,

  • l'éducation thérapeutique du malade et de sa famille,

  • des actes de biologie (laboratoire d'analyse),

  • des actes techniques (imagerie médicale principalement)

  • des traitements pharmacologiques (médicaments spécifiques et autres médicaments),

  • des traitements non pharmacologiques.

 

Tous ces actes et prestations sont remboursés à 100% (sauf mention contraire dans la suite du texte).

 

Actes médicaux et paramédicaux

Tous les patients peuvent bénéficier d'un accès au médecin généraliste, au neurologue, gériatre ou psychiatre. Ils peuvent éventuellement bénéficier d'actes réalisés par les radiologues, les infirmier(e)s, les orthophonistes et les kinésithérapeutes, si le bilan initial le nécessite ou si le plan de soin et d'aide (voir ALD) l'a prévu.

 

Ils peuvent également avoir accès à des neuropsychologues, des psychologues, des ergothérapeutes, des psychomotriciens et des aides-soignant(e)s si le plan de soin et d'aide l'a prévu. Toutefois pour ces catégories de professions, la prise en charge par la Sécurité Sociale n'est possible que si les professionnels concernés exercent dans le cadre de structures hospitalières ou dans le cadre de réseaux.

 

Consultation annuelle pour l'aidant

Il s'agit de proposer à l'aidant un accompagnement médical (non remboursé à 100% par la Sécurité Sociale), pour évaluer son état physique et psychique et prendre les mesures adéquates si nécessaire.

 

Éducation thérapeutique

Il s'agit d'apporter au malade, prioritairement, et à sa famille une connaissance de la maladie et une information sur les services et interventions disponibles à toutes les étapes de la maladie. Cette éducation passe par des interventions individuelles et collectives par les professionnels de santé concernés. L'organisation de cette éducation reste encore à améliorer, selon la (HAS).

 

Examens biologiques

Un certain nombre d'examens de laboratoires sont prévus pour tous les patients, en fonction des besoins : examens concernant le sang, les reins et le foie.

 

Actes techniques

Il s'agit d'actes qui seront réalisés en fonction du besoin (ils ne sont pas systématiques) comme des actes d'imagerie ou des électroencéphalogrammes pour détecter des anomalies en cas d'évolution atypique de la maladie, des électrocardiogrammes (en cas de besoin ou pour préparer certains médicaments spécifiques en cas de problèmes cardiaques), des bilans neuropsychologiques...

 

Traitements pharmacologiques

Parmi les médicaments listés, se trouvent les médicaments spécifiques à la maladie d'Alzheimer (Inhibiteurs de la cholinestérase : Donépézil ou Galantamine ou Rivastigmine, Antiglutamate : Mémantine) qui ne peuvent être prescrits, au départ, que par les spécialistes (psychiatre, gériatre, neurologue), ainsi que des traitements non spécifiques pour traiter des états mentaux particuliers (psychose sévère, dépression, agitation, désinhibition, anxiété, instabilité, des troubles du sommeil). La plupart des médicaments non spécifiques sont à utiliser avec des précautions importantes et pour de courtes durées.

 

Traitements non pharmacologiques

D'autres traitements (travail sur la cognition, l'activité motrice...) sont envisageables dans le cadre des structures hospitalières ou de réseaux.

 

 

Conclusion

Ainsi, toute la panoplie des soins et traitements disponibles a été listée par la Haute Autorité de Santé tout en laissant la porte ouverte (de manière limitée) à certaines spécialités encre rares et à des expérimentations dans le cadre des structures hospitalières ou des réseaux.

Cela signifie que certaines compétences qui pourraient être utiles pour organiser le traitement à domicile sont encore relativement difficilement mobilisables à cet effet pour les particuliers dans le cadre des soins à domicile.

 

L'intérêt d'un accompagnement complémentaire par les associations de familles est là encore évident pour échanger des expériences et des bonnes pratiques et accéder aux ressources disponibles.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires