Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2010 4 25 /03 /mars /2010 20:26

 

Les stades de la maladie d'Alzheimer

 

  • Troisième stade (phase avancée)

Au troisième stade, la maladie va fortement affecter le malade :

  1. Rigidité motrice, chutes

  2. Perte des fonctions cognitives

  3. Perte de la capacité de comprendre et d'utiliser le langage

 

La maladie est passée au premier plan et limite très sérieusement les comportements possibles, mais le malade reste, au fond de lui-même ou d'elle-même, une personne capable de ressentir, d'avoir des émotions, de percevoir l'atmosphère affective qui règne autour de lui, d'elle, de comprendre – à sa façon – ce qui se passe autour d'elle... sans pour autant pouvoir le manifester explicitement. C'est un esprit, une personne à part entière, au fond d'elle-même, mais une personne qui donne l'impression de ne plus comprendre et qui ne peut plus s'exprimer comme tout un chacun...

 

Suivre et protéger le malade

Le malade a plus de difficultés à se déplacer, risque de chuter, de se blesser... Il est important de savoir à tout instant où il se trouve. Il doit être protégé contre les chocs, et l'entourage doit être prévenu en cas d'urgence (chute, déplacement imprévu, lever inopiné du lit par exemple) pour pouvoir intervenir immédiatement.

 

Il est alors intéressant d'utiliser des protections contre les chutes, contre les chocs, en particulier quand la personne est seule au lit dans sa chambre ou quand elle se déplace. Il peut aussi être intéressant d'équiper les lieux de séjour (fauteuil où la personne passe une fraction importante de son temps) de capteurs indiquant à l'entourage si la personne cherche à se déplacer...

 

Veiller au confort du malade

A ce stade, des problèmes d'hygiène plus lourds peuvent se poser qu'il faut pouvoir traiter efficacement, et dans la douceur, tant pour la personne malade que pour la personne chargée des soins. Il convient d'accompagner la personne malade en lui témoignant de la patience et du respect, éventuellement en mettant en place un cérémonial avec lequel elle sera d'accord et qu'elle appréciera.

 

Le malade ne pouvant plus s'exprimer de manière claire, il conviendra de veiller particulièrement à son confort en étant attentif aux petits signes physiques qu'il peut manifester : froid, chaleur, soif...

 

Sur le plan émotionnel, là encore plus que dans les phases précédentes, les souvenirs anciens, profondément gravés, sont des points d'appui importants pour faciliter la bonne humeur, si l'on peut dire, du malade. L'atmosphère des belles années, les musiques de ces époques, le décor du bon temps... peuvent être favorables. Il convient toutefois d'avoir déterminé antérieurement, pour chaque malade, ce qui est réellement important pour lui, quelles sont les périodes qu'il considère comme fastes...

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires